Le Costa Concordia
 

 

 

 

 

 

 

 

L'ile de Giglio (I)

 

Le site le concordia.fr, parle en particulier du navire, mais se doit aussi de parler du lieu où il a fait naufrage. Cette ile est un petit paradis sur terre, en quelques mots je vais vous la présenter.

L'île de Giglio où en Italien "Isola del Giglio", est une île de la mer Tyrrhénienne, elle est une commune de la province de Grosseto en Toscane (Ita).

Elle fait partie de l'archipel Toscan, avec les îles "Elbe, Pianosa, Capraia, Montecristo, Gorgone et Giannutri".

Deuxième île en population de l'archipel Toscan avec 1466 habitants statistiques décembre 2010, derrière l'île Elbe avec ses 31 059 habitants environs.

Sa superficie est de 23,8 km2, derrière là encore Elbe et ses quelques 224 km2.

Son nom vient du Grec "Igilio" qui veut dire "chèvre", du fait qu'une population de chèvres sauvage s'était développée.

Île montagneuse faite en grande partie de roche plutonique, dit "Granite" qu'il ne faut pas confondre avec le "Granit", cette roche est magmatique avec une texture grenue, elle a un effet cristallisé avec une composition de minéraux.

Comme chez nous en Provence l'île est couverte en grande majorité par de la garrigue ((Helichrysum et de Ciste) et des forêts de Pins, le point le plus haut de l'île est le "Poggio della Pagana", qui culmine à 496m, sa cote mesure 27 km de long.

On y trouve aussi, mais plus rarement qu'il y quelques décennies, des Arbousiers, chênes verts, chênes liège et aussi de la bruyère arborescente, mais les incendies de forêt et l'agriculture sont passés par là.

L'Archipel Toscan est le plus grand parc national marin d'Europe 56 800 hectares de mer et 17 900 hectares de terre, l'écosystème y est très fragile.

Côté faune on trouve des lapins de garenne, des mouflons et des Musaraignes des jardins, mais aussi des papillons, mollusques, lézards, et les oiseaux migrateurs qui y font leurs nids.

La mer regorge de poisson, comme le Thon, des Barracudas, les rochers abritent des Murènes, des Langoustes, des Moules et des Crabes. 

Dès le printemps on aperçois aussi des Cachalots, un Rorqual (Baleine), sans parler des Dauphins qui font mumuse avec les navires.

Elle est constituée de falaises et de baies avec ces petits villages "Giglio porto" là où le Costa Concordia a échoué,"Giglio Campese" et sur les hauteurs le village de "Giglio Castello", il y a aussi le petit hameau "d'Arenella".

L'île possède des terres vinicoles qui produisent le vin "Ansonaco", mais aussi des terres agricoles qui produisent des olives, des fruits comme les oranges, citrons, poires, mais aussi des confitures de merises sauvages (fruits du merisier, version sauvage de la cerise) ou de figue, et surtout la fameuse Grappa que tous les Italiens se doivent de déguster, eau de vie faite à base de marc de raisin.

Il y a aussi le "Panficato", une sorte de pain d'épice à base de fruits secs comme le raisin et les figues préalablement séchées sur des plaques de granit, noix, du miel, des pommes et ou des poires, du vin et du chocolat.

Pendant très longtemps l'île vivait de l'exploitation de la pyrite, de la pêche et de l'agriculture aujourd'hui ces secteurs sont en grande partie abandonnées au profit du tourisme, l'île possède 11 hôtels avec restaurant, 24 restaurants, 1 camping sans parler des locations saisonnières qui sont pour l'année 2011 au nombre de 48.

Il y a aussi 6 entreprises de plongée sous-marine, 6 bateaux taxis, 1 loueur de bateaux, 1 ligne de bus qui dessert les villages et cela 16 fois par jour.

Pour relier le continent italien, il n'y a pas moins de deux compagnies de ferries, qui assurent la traversée avec les ports de "Monte Argentario" et "Porto Santo Stefano" et cela deux aller-retour par jour en saison basse et quinze en haute saison cet à dire l'été.

Le Saint Patron de l'île est "San Mamiliano", archevêque de Palerme en 455, qui fuit "les Vandales", peuple germanique oriental qui conquit bon nombre de pays et bien entendu les îles méditerranéennes.

Au début de son histoire vers 800 av J-C. l'île de Giglio est peuplée par les Étrusques ancêtres des Toscans, ils y exploitent déjà la Pyrite.

Plus tard elle est une des principales bases de Jules César et des Romains dans la mer Tyrrhénienne pendant la guerre des Gaules entre 58 et 52 av J-C.

En 410, des populations s'y installent pour fuir les invasions wisigothes.

En 455, l'ile est la propriété de Saint-Mamiliano qui deviendra leur saint patron.

En 805, l'île qui appartient à l'empereur d'Occident, Charlemagne, est donnée à l'Abbaye romaine de Tre Fontane (Abbaye des trois fontaines).

Puis se sont des richissimes familles de Florence et de Pise qui se la partagent, puis elle devient sous la domination des moines cisterciens de Pise et c'est là que fut construit le village de Giglio Castello et ses murailles, entre 1264 et 1406.

Mais les familles de Florence et de Sienne continuent à vouloir imposer leurs droits, il fallut pour calmer tout le monde que les Napolitains viennent en protection et prennent l'île en charge.

Cela ne durera qu'un temps, les Napolitains à leur tour vendent l'île à la famille Piccolomini, qui la vende en 1558, à Éléonore de Tolède, femme de Cosme 1er de Médicis.

À partir de là, l'île et ses habitants vont devenir autonomes, des lois sont promulguées qui sont en faveur d'une meilleure indépendance dans l'économie et le fonctionnement.

Mais l'ile est sous l'emprise des pirates comme Barberousse qui en 1544 l'avait mis à sac et avait déporté la grande majorité de la population en Tunisie pour les vendre comme esclaves.

Au total ce sont 700 habitants qui sont déportés, la famille des Médicis repeuplera l'île, avec des habitants de la ville de Sienne (Ita).

Au XVIe siècle Ferdinand 1er de Médicis, fait ériger trois tours circulaires entrecoupées d'épaisses murailles, et de trois entrées pour cette forteresse adossée aux rochers granitiques, et qui permettra aux habitants  de se défendre.

En 1737, c'est le Grand Duc de Toscane (François de Lorraine), qui prend possession de l'île à la mort de Jean Gaston de Médicis validé par le traité de Vienne en 1738.

L'île du Giglio va même devenir française, durant la période napoléonienne et l'invasion par ce dernier de la Toscane en 1810.

En 1870, c'est l'unification italienne, et la Toscane et l'île de Giglio redeviennent Italiennes.

Au début du XXe siècle, le déclin qui s'était installé se poursuit, en plus une maladie "le phylloxéra" provoque l'abandon des vignobles.

En 1938, la création d'emplois dans les carrières de Granite et de Pyrite ne sera pas suffisante pour l'économie de l'île, qui est surtout orientée vers l'agriculture, s'est la fuite d'une partie de la population vers des terres plus accueillantes au niveau emplois, comme l'Argentine ou et surtout l'Amérique.

Il faudra attendre l'après seconde guerre mondiale (1939 / 1945), et la fermeture de la dernière carrière de Pyrite, pour que l'île se trouve une nouvelle activité, "le Tourisme"...

À jamais restera gravé dans les livres d'histoires et les mémoires, ce 13 janvier 2012 et le naufrage du Costa Concordia qui aura fait 32 morts, et des milliers d'heures d'images et de commentaires sur cette petite île de Toscane.

 
Site web de la commune de Giglio : www.comune.isoladelgiglio.gr.it/
 
 
Haut de page

 

Contact site et mentions légales